Le stress: pourquoi s'en occuper? | Défi Santé Aller au contenu principal

Le stress: pourquoi s'en occuper?

Le stress: pourquoi s'en occuper?

Considérant le style de vie à vitesse grand V que nous menons aujourd’hui, le stress nous guette à chaque instant. Dans le tourbillon quotidien, nous ne mettons pas toujours notre santé en priorité. Nous accumulons du stress, nous oublions de prendre soin de nous-mêmes et de nos relations avec les autres.

À la longue, cela peut menacer notre équilibre de vie et mener à un inconfort, à des malaises et même, à des maladies comme la dépression ou l’anxiété. Apprendre à gérer notre stress devient donc vital pour garder l’équilibre.

Quelques statistiques

Les Québécois sont plus nombreux que les autres Canadiens à déclarer qu’ils font face à un stress élevé dans leur vie quotidienne et au travail. En fait:

  • en 20091, plus de 1 Québécois sur 4 (26 %) ont déclaré que la plupart de leurs journées étaient «assez stressantes ou extrêmement stressantes». Le Québec présente le pourcentage le plus élevé sur ce plan parmi toutes les provinces du Canada, qui affichent une moyenne de 23 %.
  • en 20052, c’est plus de 1 Québécois sur 3 (37 %) qui déclare vivre un stress élevé au travail. Le Québec surpasse également les autres provinces canadiennes sur ce plan, élevant la moyenne canadienne à 29 %.

Les conséquences d’un stress trop élevé

Un niveau de stress trop élevé, surtout lorsqu’on le vit de façon répétée ou prolongée, peut entraîner un état de déséquilibre et avoir un impact négatif sur notre corps et notre tête, soit:

  • une augmentation du taux de cholestérol, de la pression artérielle et, par conséquent, du risque d’avoir une maladie cardiovasculaire ou un accident vasculaire cérébral (AVC).
  • des habitudes de vie peu avantageuses: en période de stress, on mange mal, souvent trop ou pas assez, on fait moins d’exercice, on dort moins et on peut abuser de l’alcool, de la cigarette ou des drogues.
  • un risque accru d’être aux prises avec des problèmes de santé mentale, comme la dépression et l’anxiété.
  • une diminution de la défense immunitaire, donc de la résistance à la maladie.

 

1. Statistique Canada. Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes (ESCC), 2009.
2. Information tirée du feuillet Stress perçu dans la vie, 2009.